international airport

Aéroport de Montréal …

L’aéroport international Montréal-Pierre Elliott Trudeau est situé dans la ville de Dorval sur l’île de Montréal. Il est un aéroport international desservant Montréal, Québec, Canada.

L’aéroport international de Montréal Pierre Elliott Trudeau est géré et exploité par Aéroports de Montréal (ADM), société à but non lucratif sans capital-actions. Il s’agit de l’aéroport le plus achalandé de la province de Québec, le troisième aéroport le plus achalandé au Canada en trafic passagers (après Toronto Pearson et le Vancouver International) et le quatrième en nombre de mouvements d’avions, avec 10 892 778 passagers et 208 329 mouvements d’aéronefs en 2005.

L’Aéroport international Montréal-Pierre Elliott Trudeau offre des vols sans escale vers l’Afrique, l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud, les Caraïbes, l’Europe, les États-Unis, le Mexique et d’autres aéroports du Canada. C’est le seul aéroport canadien à offrir un service sans escale vers l’Afrique. Il abrite également le plus grand magasin hors taxes d’Amérique du Nord.

L’aéroport international Montréal-Pierre Elliott Trudeau est également le siège de plusieurs compagnies aériennes: Air Canada, la plus grande au pays; Air Transat, Skyservice et était autrefois le siège du défunt Jetsgo. À l’heure actuelle, l’aéroport international Montréal-Pierre Elliott Trudeau complète un plan d’expansion de 716 millions de dollars canadiens qui permettra à l’aérogare de transporter 15 millions de passagers par an.

Dorval a joué un rôle important dans le développement de l’aviation transatlantique. Il a été principalement choisi comme aéroport en raison du beau temps et de quelques jours de brouillard. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’agissait du principal point de transit pour les départs vers l’Europe. Des milliers d’avions alliés ont traversé Dorval pour se rendre en Angleterre. Les femmes – les WAC (Women’s Air Corps) – ont joué un rôle majeur dans le transit des avions vers les théâtres de guerre via Dorval. À une certaine époque, Dorval était la principale plaque tournante transatlantique de l’aviation commerciale et l’aéroport le plus achalandé au Canada. Des compagnies comme British Overseas Airways Corporation (B.O.A.C) atterrissaient à Dorval en direction de New York.

À un moment donné, l’aéroport international Montréal-Pierre Elliott Trudeau était l’aéroport le plus achalandé au Canada et le troisième en Amérique du Nord après l’aéroport O’Hare de Chicago et le JFK de New York.

Le déclin économique de Montréal à la fin des années 1970 et dans les années 1980, dû à l’élection d’un gouvernement séparatiste dans la province, a eu un effet important sur le trafic de l’aéroport, alors que les vols internationaux s’éloignaient de Dorval à Toronto Pearson, dans un Toronto plus prospère. Ironiquement, le gouvernement Trudeau avait récemment aménagé l’aéroport de Mirabel, au nord de Montréal, pour faire face à la croissance attendue du trafic international et, éventuellement, pour remplacer Dorval. Ce trafic supplémentaire ne s’est jamais matérialisé et, en raison de sa proximité avec le centre-ville de Montréal, tous les services aériens réguliers sont maintenant revenus à Dorval / Trudeau, tandis que Mirabel a cessé ses activités de transport de passagers et peut être considérée comme un échec colossal.

Le 11 septembre 2001, Dorval a participé à l’opération Ruban jaune, englobant 17 vols déroutés à destination de l’espace aérien fermé survolant les États-Unis.

Montréal-Trudeau était anciennement l’aéroport international de Montréal-Dorval. Il est situé dans la ville de Dorval. Le 1er janvier 2004, le gouvernement fédéral a renommé l’aéroport en l’honneur de l’ancien Premier ministre canadien, le regretté très honorable Pierre Elliott Trudeau. Ce changement de nom a été annoncé en septembre de l’année précédente. Cette démarche a suscité l’opposition de certains Québécois, en particulier des souverainistes québécois opposés à certaines politiques de l’ancien Premier ministre, ainsi que de l’opposition moins vive de nombreux historiens et passionnés de l’aviation qui ont rappelé le rôle de Trudeau en tant qu’opposant à l’aéroport. Trudeau a beaucoup participé à la construction de l’aéroport international de Mirabel, initialement prévu pour remplacer l’aéroport de Montréal-Dorval. De nombreux Montréalais se réfèrent encore à l’aéroport Trudeau sous le nom de «Dorval» ou «aéroport de Dorval».

En 2005, le Canada et les États-Unis ont signé un « accord ciel ouvert ». Lorsqu’il entrera en vigueur en 2006 ou 2007, il permettra pour la première fois à un vol Air Canada reliant Montréal à Dallas d’atterrir, d’accueillir plus de passagers et de poursuivre sa route vers une troisième destination comme Rio de Janeiro, par exemple. L’accord aura vraisemblablement pour effet que l’aéroport Trudeau verra une augmentation du nombre de destinations desservies dans le monde.

Le 15 juin 2006, la construction d’un nouvel hôtel Marriott quatre étoiles à l’aéroport a commencé. Il sera relié au terminal transfrontalier et devrait être terminé d’ici à 2008. Il contiendra à terme une station de métro qui le reliera au centre-ville de Montréal pour un accès rapide.

L’aéroport international de Montréal Pierre Elliott Trudeau fait l’objet d’une importante expansion et modernisation visant à accroître la capacité du terminal et à améliorer considérablement le niveau de service passagers.

Lancé en 2000 avec un budget de 716 millions de dollars, le programme d’expansion comprend la construction de plusieurs installations toutes neuves, dont une jetée pour les vols à destination des États-Unis (Terminal transfrontalier), une autre pour les vols d’outre-mer (Terminal international) et d’énormes arrivées internationales complexe pour les passagers arrivant au Canada en provenance des États-Unis et de l’étranger. La majeure partie de ce programme est maintenant terminée et les passagers profitent du confort, de l’espace et de la convivialité des nouvelles installations. D’autre part, le programme de modernisation en cours prévoit la rénovation de plusieurs parties du terminal existant, y compris la zone d’enregistrement au niveau des départs et les salles publiques au niveau des arrivées.

À compter de 2006, le terminal international, le terminal transfrontalier et le complexe des arrivées internationales ont été achevés dans les limites du budget. À compter de 2006, ADM entamera le prochain processus d’accès terrestre pour améliorer le trafic routier vers l’aéroport, un nouveau garage de stationnement, l’amélioration du terminal domestique et la construction d’un nouvel hôtel. Chaque année, l’aéroport Trudeau voit une augmentation du nombre de passagers et d’aéronefs qui l’utilisent. En 2000, 9,4 millions de passagers ont utilisé l’aéroport à un moment où la capacité maximale était de 7 millions. À l’horizon 2020, Montréal devrait accueillir plus de 20 millions de passagers par an.

Aéroports de Montréal finance lui-même toutes ces améliorations, sans subvention gouvernementale.

La dernière série de travaux de construction a permis d’améliorer Montréal-Trudeau et d’en faire l’un des rares aéroports au monde prêt à accueillir le nouvel Airbus A380. Montréal compte gérer chaque jour deux A380 d’Air France et un Boeing 747 d’Air France. L’A380 sera initialement utilisé sur les liaisons de l’Atlantique Nord entre Paris et Montréal. Lufthansa utilisera son Airbus A380 sur une liaison de l’Atlantique Nord reliant Munich à Montréal.

Quitter la version mobile